Interview avec Anne-Claire Meret

Anne-Claire Meret est une personne lumineuse, je la suis depuis quelque temps sur les réseaux sociaux où elle est activiste de changement. Ses posts suscitent toujours beaucoup d’intérêt, ils sont très inspirants. Mais Anne-Claire Meret est bien plus que ça, puisqu’elle est également une naturopathe reconnue en France et dans le monde entier, auteure, coach et éducatrice. Dans cette interview, elle nous partage son parcours ainsi que de multiples conseils pour donner du sens à sa vie. Bonne lecture!

Bonjour Anne-Claire et bienvenue sur LIFT ME UP. Tu es naturopathe, coach, auteure, éducatrice et activiste du changement sur les réseaux sociaux. Tu as de nombreuses casquettes (j’en oublie certainement!), pourrais-tu nous éclairer sur ton parcours?

J’ai fait une école d’art à 18 ans, puis plein de petits boulots. J’ai repris mes études quelques années après pour faire un master 1 en communication (en fongecif) et un master 2 en intelligence économique (au chômage). Ensuite j’ai commencé à travailler pour des sites de rencontres, j’adorais mon boulot ! Ces 8 dernières années j’ai changé mes activités petit à petit.

Quel a été le déclic qui t’as poussé à changer de vie et te mettre à ton compte?

La même année j’ai commencé à trouver des solutions pour mes problèmes de sommeil que j’avais depuis l’enfance (très importants problèmes de sommeil), un hôpital m’a envoyée vers une sophrologue-naturopathe, et j’ai perdu mon travail (licenciement abusif, avec longues démarches aux prudhommes). Une période délicate !


En même temps j’ai commencé la méditation et une longue thérapie. Je me suis mise à mon compte pour continuer à faire le même boulot qu’avant, et petit à petit j’ai changé de domaine d’activité au fil des années. Je me suis formée à la naturopathie sur près de 4 ans à temps partiel et j’ai commencé à avoir des clients dans le domaine de la santé naturelle. Avant même la fin de ma formation en 2015 j’ai commencé à écrire des livres, j’en ai écrit 10 en 4 ans. En même temps j’ai développé mon cabinet et fait évoluer rapidement mes activités autour de la libération émotionnelle. Depuis l’an dernier je suis coach pour les personnes qui travaillent dans la relation d’aide, naturopathes, acupuncteurs, thérapeutes, …


D’après toi, quel est l’importance d’un travail intérieur? 


Il est primordial. On ne peut pas être bien avec soi, bien avec les autres et occuper sa place dans le monde si on ne va pas voir à l’intérieur. J’ai pris des cours de psychopathologie dans une école de psychothérapie humaniste, en même temps j’étudiais l’EFT (emotionnal freedom technique) et je me disais que ça pouvait suffire, j’ai déjeuné avec le directeur (Pierre Coret, un homme formidable aujourd’hui décédé) et je lui en ai parlé. Il a rigolé et il m’a dit en souriant “Anne-Claire, personne ne peut faire l’économie de se connaître !”. Aujourd’hui je suis d’accord avec ça, ma vie a radicalement changée grâce à mes années de thérapies et de formations.
 

Tu choisis d’accompagner des personnes qui souhaitent développer leur activité en tant que thérapeutes. As-tu un conseil pour toutes ces personnes qui souhaitent créer mais développe le syndrome de l’imposteur?

  • Apprendre au fil du temps les compétences qui leurs manquent, ne pas “broder” et être honnête avec leurs champs de compétences. 
  • Faire, faire, faire, faire… c’est en faisant qu’on apprend. Pendant mes études de naturopathie j’ai travaillé 1 an 1/2 dans une boutique bio chaque semaine, je me suis familiarisée avec les bobos des gens qui venaient se livrer à moi. Je connais tant de naturopathes qui ont peur de se lancer du jour au lendemain parce que tout est resté dans leurs cahiers de notes et qu’ils n’ont pas eu de vraies demandes de vrais gens, c’est vraiment dommage.
  • Patience et persévérance ! Aujourd’hui on croit qu’on peut devenir un expert en un claquement de doigt, à cause d’une fausse impression d’immédiateté. Faire grandir une activité prend du temps.
    Je pense aussi qu’il faut oser suivre son coeur et ce qui nous fait vibrer, c’est comme ça qu’on trouve les clients qui nous correspondent, pas en essayant de ressembler à une image idéale.

J’aime beaucoup te suivre sur les réseaux sociaux où tu partages des pépites de sagesse et de bien-être. Il y a un peu plus de 3 mois tu as vécu une période difficile en Asie où tu as du être hospitalisée. J’espère tout d’abord que tu te sens mieux. Tu as partagé avec nous de nombreuses techniques (méditation, visualisation, EFT, respiration, écriture et j’en passe..) qui t’ont aidé à te rétablir. Penses tu que nous avons tous en nous la capacité d’auto-guérison? Quel pouvoir a notre esprit sur notre corps?

Merci beaucoup ! J’ai eu la dengue en Thailande, un virus tropical qui m’a valu une hospitalisation d’une semaine et une petite frayeur. Je me suis très bien remise et surtout très rapidement, je m’attendais à une assez longue convalescence… Mes habitudes de naturo n’y sont pas pour rien.
Je pense que ce sont nos émotions qui ont le plus de pouvoir sur notre corps, que ce sont elles qui nous font vibrer haut ou vibrer bas. Nous avons tous déjà toutes les solutions en nous, reste à trouver la porte d’accès. Je suis avec attention le travail du dr Joe Dispenza qui en parle extrêmement bien !
J’étudie pendant 3 ans auprès de Thierry Janssen à l’école de la présence thérapeutique, nous apprenons à identifier ce qui se passe chez les personnes que nous accompagnons à différents niveaux : psychothérapeutique, énergétique, physique, spirituel.

Notre devise chez LIFT ME UP est de ‘partager nos expériences de vie pour semer des graines d’espoir dans le coeur des autres’. Quelles sont les leçons de vie que tu aimerais transmettre à nos lecteurs aujourd’hui?

Je pense qu’il y a trois grands chemins à emprunter dans la vie :

1 – Se mettre en route sur notre chemin de guérison avec responsabilité (guérison physique, émotionnelle, toute guérison)

2 – Apprendre à aimer, se connecter à l’amour universel, l’amour de soi et avec les autres

3 – Se connecter à la présence, à l’univers, on pourrait dire aussi “apprendre à mourir” et quitter l’illusion de la séparation pour revenir dans l’unité (relation au spirituelle).

Si on n’est pas sur ces trois grands chemins, c’est qu’on s’est perdu à faire d’autres choses et qu’il est temps de s’y mettre ! Donner du sens à sa vie est un choix que l’on doit renouveller tous les jours. Sur ces routes, en général on se met naturellement au service des autres et de la Vie.

Partagez avec vos amis!
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *